Souveraineté Numérique - réaction de Philippe Latombe à l'annonce du retrait de la demande @CNIL  concernant le Health Data Hub  #hdh


Souveraineté Numérique - réaction de Philippe Latombe à l'annonce du retrait de la demande @CNIL concernant le Health Data Hub #hdh

Article
Accueil Philippe Latombe
 
| Philippe Latombe | Santé | Données de Santé  Vu 32393 fois
Article N°25910

Souveraineté Numérique - réaction de Philippe Latombe à l'annonce du retrait de la demande @CNIL concernant le Health Data Hub #hdh

HDH ou comment s'en débarrasser !

En retirant sa demande d'autorisation déposée auprès de la CNIL pour le Health Data Hub (HDH), le gouvernement fait un petit, un tout petit pas dans la bonne direction, celle dont j'espère qu'elle consistera in fine à débrancher cette usine à gaz.

Au risque de faire du mauvais esprit on est tenté de se demander à quoi aurait d'ailleurs bien pu servir une autorisation de fonctionnement pour quelque chose qui, justement, ne fonctionne pas. En haut lieu, dans l'administration, on évite l'autoflagellation, bien sûr, et on envisage de "repartir sur de bonnes bases". Ah ! Qu'en termes galants ces choses-là sont mises, aurait dit Molière. Plus trivialement, j'appelle ça un "bide"!

Il ne viendrait personne de critiquer l'objectif initial d'un projet censé permettre "l'accès aisé et unifié, transparent et sécurisé, aux données de santé pour améliorer la qualité des soins et l'accompagnement des patient". L'exploitation massive des données de santé représente sans conteste un outil essentiel pour la recherche.


Que de temps perdu ! Sans autorisation de la CNIL, le HDH ne peut pas fonctionner de manière pleine et normale, si tant est qu'il en soit capable. II ne peut donc y avoir que des projets pilotes, très limités et très contrôlés. C'était bien la peine d'ambitionner de "faire de la France un leader de l'analyse des données de santé", pour en arriver là, après plus de deux ans. Du choix malheureux de Microsoft à l'Incapacité fonctionnelle du HDH, ses promoteurs ont accumulé erreurs stratégiques et techniques, sans avoir l'humilité de se remettre en question, persistant dans le déni et se refusant à envisager une alternative.

Ce n'est pas faute d'avoir, avec beaucoup d'autres observateurs, tiré la sonnette d'alarme, notamment dans les pages consacrées à cette controverse, dans le rapport sur la souveraineté numérique que j'ai présenté il y a maintenant plus de six mais. Il existe pourtant des solutions nationales souveraines et fonctionnelles, comme le Ouest Data Hub ou l'Entrepôt des données de l'APHP, qui sont d'ores et déjà opérationnelles et conformes aux attentes de la CNN, et aux intérêts des Français. Et si on en profitait pour faire confiance à l'écosystème français du cloud... par appel d'offres ?

 

Philippe LATOMBE

Lien :https://philippe-latombe.smartrezo.com/index.html

  • 0
    • j'aime
    • Qui aime ça ? »
  • 0
    • je n'aime pas
    • Qui n'aime pas ça ? »
  •  
 

Réagissez, commentez !

  • JJUG :08/01/2022 09:09:53 Merci Monsieur le Député pour cette prise de position "vigoureuse" je la soutiens totalement.
    Depuis que j'ai appris le choix de l'hébergement sur le Cloud Azure de Microsoft de cette application au début 2020, et, peut-être plus grave, une "explication" par la disponibilité d'outils de traitement de données (IA ...) que seul Microsoft proposait, je n'ai cessé d'interroger ce choix dont je pense qu'il peut aller jusqu'à remettre en cause, à terme, tout l'édifice de notre système de santé fondé, depuis la mise en place de la Sécurité Sociale en 1946, sous l'autorité du Gal de Gaulle, sur la solidarité nationale.
    Avec la définition "curieuse" du Cloud de Confiance en avril et l'annonce de "Bleu" en accord avec Microsoft, je craignais que la solution sous Azure soit pérennisée. Même certains propos de Guillaume Poupard au FIC pouvaient confirmer mes craintes :
    https://www.contexte.com/article/numerique/pour-lanssi-une-loi-cyber-peut-etre-bien-accueillie-apres-la-presidentielle_138676.html?
    Votre vigilance me rassure ! J'espère qu'avec d'autres élus vous arriverez à remettre les priorités dans le bon ordre : les choix technologiques au service des stratégies et non tenant la "barre" : ce n'est pas le volant qui dicte la route mais le conducteur.
    Un article récent sur ce sujet et GAIA-X dont j'anticipe le fiasco :
    https://forumatena.org/en-cette-fin-2021-quoi-de-neuf-sur-le-hdh-et-gaia-x/


rechercher un article, une vidéo...